Voici la figure de Jacques Offenbach dans les quotidiens de son époque. Mal connu, il est temps de découvrir qu’en plus des quelques œuvres avec Meilhac et Halévy, Offenbach a écrit plus de 100 œuvres lyriques et compte plus de 600 opus à son répertoire ! Ce site met en ligne des articles parus dans les journaux du XIXe siècle.

22 mai – Le Gaulois de 1879 est en ligne.
31 mars – Le Figaro de 1879 est en ligne.
24 octobre 2020 – La Revue et gazette musicale de Paris de 1874 est en ligne.
14 décembre 2019 – Les articles d’Hector Berlioz parus dans le Journal des Débats, et repérés par hberlioz.com, sont en ligne.
20 janvier 2019 – La Revue et gazette musicale de Paris de 1868 est en ligne.

Derniers articles

Échos des théâtres

Le Gaulois - Lundi 29 décembre 1879
Madame Favart vient d’être jouée à Marseille avec un grand succès.
Le rôle principal était chanté par Mme Vaillant-Couturier ; M. Maris, qui jouait le rôle de Favart, a eu quelques désagréments.
Une partie du public a sifflé avec une certaine énergie les couplets politiques : « C’est léger, léger, léger, léger, léger ! »
François Oswald.
Madame Favart

Échos des théâtres

Le Gaulois - Samedi 27 décembre 1879
Voici la liste des matinées qui auront lieu dimanche prochain :
(...)
Folies-Dramatiques, la Fille du tambour-major.
(...)
François Oswald.
La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Mardi 23 décembre 1879
Le grand succès de la Fille du tambour-major brave l’intempérie de la saison.
Le chiffre des recettes pendant la semaine qui vient de s’écouler s’est élevé, malgré le service de la presse, à la somme de 34,035 fr., soit une moyenne de 4,870 francs, ce qui est plus que magnifique par le temps que nous avons.
François Oswald.
La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Lundi 8 décembre 1879
Les Folies-Dramatiques font relâche pour les répétitions générales de la Fille du tambour-major.
François Oswald.
La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Samedi 6 décembre 1879
Les Folies-Dramatiques ont fait relâche hier, et feront encore relâche aujourd’hui pour les répétitions générales de la Fille du tambour-major, qui passera la semaine prochaine, peut-être mercredi.
François Oswald.
La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Mardi 2 décembre 1879
La Fille du tambour-major passera aux Folies-Dramatiques à la fin de la semaine prochaine, le vendredi 12, très probablement.
(...)
François Oswald.
La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Vendredi 21 novembre 1879
Les Folies-Dramatiques ont repris les inépuisables Cloches de Corneville, qui en sont à leur 660e représentation.
Mlle Blanche Monthy chante maintenant le rôle de Serpolette. Elle y montre beaucoup de sentiment et s’y fait applaudir justement.
Le regain de succès des Cloches va permettre à MM. Cantin et Blandin de monter tranquillement la Fille du tambour-major.
François Oswald.
La Fille du tambour-major

La Soirée Parisienne

Le Gaulois - Mardi 11 novembre 1879
LES NOCES D’OLIVETTE
Paonne à Pans n’ignore que M. Cantin est du Midi.
En cette qualité, le nouveau directeur des Bouffes-Parisiens s’est donne une tache : protéger avant tout les méridionaux et surtout les Marseillais.
(...)
C’est aussi pour la même raison que nous trouvons, dans la troupe des Bouffes, un artiste qui n’est pas un inconnu pour nous, mais qui devait fatalement faire partie des pensionnaires de M. Cantin. Je veux parler de M. Gerpré, qui a passé jadis par les Variétés, où il joua (...)
La Grande-Duchesse de Gérolstein La Belle Hélène

Échos des théâtres

Le Gaulois - Lundi 10 novembre 1879
Dans quelques jours aura lieu, aux Folies-Dramatiques, la 200e représentation de Madame Favart dont la reprise a été des mieux accueillies.
A ce théâtre on demande des dames artistes pour les petits rôles de la prochaine pièce : la Fille du tambour-major.
François Oswald.
Madame Favart La Fille du tambour-major

Échos des théâtres

Le Gaulois - Mercredi 5 novembre 1879
Depuis deux jours, les Folies-Dramatiques ont repris Madame Favart, en attendant la Fille du tambour-major, dont les répétitions sont très activement poussées.
Mlle Burton, qui devait primitivement créer aux Bouffes le rote principal des Noces d’Olivette, a émigré rue de Bondy, où elle a trouvé dans te personnage de Suzanne un rote d’ingénue tout à fait dans ses cordes.
La jeune et gentille artiste a parfaitement réussi.
François (...)
Madame Favart La Fille du tambour-major

Le 31 juillet…

Échos de Paris
Le Figaro - Jeudi 31 juillet 1856
Le 66

Rechercher