Par date

Petit courrier des théâtres

Le Figaro – Mercredi 14 octobre 1868

Barbe-Bleue fait toujours salle comble à Nildo’s garden, et les New-Yorkais ne se lassent pas d’applaudir Irma-Marié en attendant le retour de la Tostée, en représentation à Cincinnati.

Le 4 octobre, début de la troupe de l’impressario Grau au Théâtre-Français dans la Grande-Duchesse, et le 14, rentrée de mademoiselle Tostée dans la même Grande-Duchesse, à Niblo’s-Garden.

Les Yankees n’auront point à se plaindre, j’imagine ; on leur fournit l’occasion de connaître Offenbach.

Après 7 mois de représentations assidues, la Grande-Duchesse reparaît sur l’affiche, et va être jouée concurremment par deux troupes françaises !

Les Minstrels, cette troupe masculine de simili-nègres, qui obtiennent, en ce moment, un grand succès en représentant un simili Barbe-Bleue,moitié anglais, moitié français, du plus cocasse effet, s’apprêtent aussi, de leur côté, à monter une Grande-Duchesse pour le mois prochain. Offenbach for ever !

Pour finir, sachez que mademoiselle Tostée touche par mois 1,400 dollars en or, I. Marié, 1,200 ; M. Aujac, 800 dollars en papier, ce qui fait environ, en monnaie française, pour mesdemoiselles Tostée, 7,350 fr., I. Marié, 6,600 fr. M. Aujac, 3,000.

Mais les auteurs ?… Les auteurs ! ils constatent le succès de leurs pièces dans le nouveau monde.

Cette satisfaction vaut-elle un sac de dollars ?…

Jules Prével.

Par date
Par œuvre
Rechercher
Partager